http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Hommage à Hélie de Saint Marc
04/09/2013
     Hélie était l’une des figures les plus marquantes de notre promotion Veille au Drapeau et le symbole vivant de notre génération, l’une de celles qui ont vécu intensément - et souvent cruellement- la période 1942/62.
      En pleine occupation, nous étions quelques-uns qui avaient la vocation militaire et qui gardaient la Foi en la Patrie et l’Espérance chevillée au cœur en préparant le concours de Saint Cyr malgré la défaite. A ce titre, nous étions une centaine, dont lui et moi, élèves à Ste Geneviève.
      J’ignorais alors son engagement dans la Résistance mais sa forte personnalité m’avait déjà frappé.

     La vie nous a séparés. Le hasard m’a amené à la tête de l’armée de terre dont lui avait été chassé en 1961 après un parcours infiniment plus méritoire que le mien.

     Quand, sexagénaires, nous avons commencé à écrire des livres, nous nous les sommes mutuellement adressés. En nous lisant, nous nous sommes retrouvés fraternels, animés des mêmes préoccupations qu’autrefois et tenant chacun à notre manière le même langage.

      Il vient de mourir après un long et nouveau calvaire. J’en suis très ému mais je tiens à parler de lui comme il l’aurait voulu.
     J’admire mon camarade à trois titres avec, comme point commun, le patriotisme, le courage et la grandeur d’âme.

- Pendant sa période d’activité, il a fait preuve des vertus qui font le soldat : l’ascendant sur ses hommes, le culte du devoir et le sens de l’honneur. Ce, même quand il incarnait la révolte d’une grande partie des centurions d’alors contre des décisions politiques d’abandon. Celles qui reniaient a posteriori l’engagement humain total que le pouvoir avait initialement exigé de nous en nous lançant dans des guerres révolutionnaires pour protéger et retourner des population qu’il nous demandait ensuite d’abandonner.
- Dans l’adversité, au camp de concentration, lors de son procès et en prison, il a été un modèle de dignité et de courage physique et moral dans la durée.
- A la fin de sa vie, cet homme qui avait subi et continuait à endurer tant de misères s’est révélé un précieux maitre à penser et à agir, délivrant aux jeunes à travers ses livres un magnifique testament, un message positif marqué par la paix du coeur, la sérénité, la hauteur de vues et l’Espérance.

      Au nom de France-Valeurs et en mon nom personnel, je le remercie fraternellement d’avoir noblement incarné et dit à sa manière tout ce que nous pensons, tout ce qui nous a fait vivre.

     Je lui laisse la parole à travers ce beau texte que j’aimerais avoir signé.
Général d’armée Jean Delaunay (en 2° section) Ancien CEMAT

***

QUE DIRE A UN JEUNE D'AUJOURD'HUI ?
par Hélie de Saint Marc

Quand on a connu tout et le contraire de tout, quand on a beaucoup vécu et que l'on est au soir de sa vie, on est tenté de ne lui rien dire, sachant qu'à chaque génération suffit sa peine ; sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause font partie de la noblesse de l'existence.
     Pourtant, je ne veux pas me dérober, et, à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci, me souvenant de ce qu'écrivait un auteur contemporain,
      « Il ne faut pas s'installer dans sa vérité, et vouloir l'asséner comme une certitude,
     Mais savoir l'offrir en tremblant comme un mystère.»

     A mon jeune interlocuteur, je dirai donc que nous vivons une période difficile où les bases de ce que l'on appelait la Morale, et que l'on appelle aujourd'hui l'Éthique, sont remises constamment en cause, en particulier dans les domaines du don de la vie, de la manipulation de la vie, de l'interruption de la vie. Dans ces domaines, de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.
     Oui, nous vivons une période difficile où l'individualisme systématique, le profit à n'importe quel prix, le matérialisme, l'emportent sur les forces de l'esprit.
     Oui, nous vivons une période difficile où il est toujours question de droit et jamais de devoir et où la responsabilité, qui est l'once de tout destin, tend à être occultée.

     Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que, malgré tout cela, Il faut croire à la grandeur de l'aventure humaine.
     La vie est un combat. Le métier d'homme n'est pas facile. Ceux qui vivent, ce sont ceux qui se battent.
     Il faut savoir, jusqu'au dernier jour, jusqu'à la dernière heure, rouler son propre rocher. Il faut savoir que rien n'est sûr, que rien n' est facile, que rien n'est donné, que rien n'est gratuit. Tout se conquiert, tout se mérite. Si rien n'est sacrifié, rien n'est obtenu.

     Je dirai à mon jeune interlocuteur que, pour ma modeste part, je crois que la vie est un don de Dieu,et qu'il faut savoir découvrir, au-delà de ce qui apparaît comme l'absurdité du monde, une signification à notre existence.
     Je lui dirai qu'il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves, cette générosité, cette noblesse, cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde, qu'il faut savoir découvrir ces étoiles, qui nous guident où nous sommes plongés au plus profond de la nuit,et le tremblement sacré des choses invisibles.
     Je lui dirai que tout homme est une exception, qui a sa propre dignité et qu'il faut savoir respecter cette dignité.

     Je lui dirai, qu'envers et contre tous, il faut croire en son pays et en son avenir.
     Enfin je lui dirai, que de toutes les vertus, la plus importante, parce qu'elle est la motrice de toutes les autres, et qu'elle est nécessaire à l'exercice des autres, de toutes les vertus, la plus importante me paraît être le courage, les courages, et surtout celui dont on ne parle pas, et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.

     Et pratiquer ce courage, ces courages,
     C'est peut-être cela « L'HONNEUR DE VIVRE, »
***

Rappel de ses ouvrages

Les Champs de braises. Mémoires avec Laurent Beccaria, édition Perrin, 1995, (ISBN 2262011184) , Prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot en 1995, Prix Femina Essai en 1996.
Les Sentinelles du soir, édition Les Arènes, 1999, (ISBN 2912485029)
Indochine, notre guerre orpheline, édition Les Arènes, 2000, (ISBN 2912485207)
Notre histoire (1922-1945) avec August von Kageneck, conversations recueillies par Étienne de Montety, édition Les Arènes, 2002, (ISBN 2912485347)
Die Wächter des Abends, Edition Atlantis, 2000, (ISBN 3932711513)3
Asche und Glut. Erinnerungen. Résistance und KZ Buchenwald. Fallschirmjäger der Fremdenlegion. Indochina- und Algerienkrieg. Putsch gegen de Gaulle, Edition Atlantis, 1998, 2003, (ISBN 3932711505)4
Toute une vie ou Paroles d'Hélie de Saint Marc écrit en collaboration avec Laurent Beccaria, volume comprenant un CD audio d'émission radiophonique, édition Les Arènes, 2004, (ISBN 2912485770)
"Servir ?" documentaire réalisé par Georges Mourier en 2006 dans le cadre de sa collection "Le Choix des Hommes". Editions "A l'Image Près". 2009.
La Guerre d'Algérie 1954-1962, avec Patrick Buisson, préface de Michel Déon (avec DVD), Albin Michel, 2009 (ISBN 222618175X)
• [PDF]Lettre a la jeunesse d'Helie de Saint Marc
L’Aventure et l’Espérance, édition Les Arènes, 2010, (ISBN 9782352040910)

http://www.heliedesaintmarc.com/